Pratiquez vos coups de pinceau !

Pratiquez vos coups de pinceau !

Le contrôle sur vos coups de pinceau est essentiel à la création de votre style, que vous fassiez de l'art traditionnel ou numérique. Dans ce tutoriel, Ricardo Guimaraes partage quelques exercices pour améliorer votre technique !

 

On dit qu’il y a autant de styles qu’il y a de peintres. De plus, un peintre peut évoluer ou changer la façon dont il peint tout au long de sa carrière et par conséquent, de style. Au final, tout dépend de la façon dont les peintres appliquent la peinture sur les surfaces choisies, c’est-à-dire les techniques de coup de pinceau qu’ils utilisent. Dans ce tutoriel, nous explorerons quelques façons d’appliquer les traits sur une toile (numérique), non seulement avec les excellents pinceaux par défaut de CLIP STUDIO PAINT, mais également en personnalisant certains paramètres pour créer des coups de pinceau uniques.

 

 

 

Chaque coup de pinceau compte

Quoi que vous peigniez, assurez-vous que chaque coup de pinceau compte. Réfléchissez bien avant d’appliquer chacun de vos traits sur la toile. Chaque décision que vous prenez doit dépendre de la proportion, de la forme (conception) et de la position de vos coups de pinceau. Même si vous devez utiliser cinquante traits pour peindre quelque chose lorsque vous débutez, gardez à l’esprit que si vous continuez à pratiquer, après un certain temps, vous pourrez peindre le même sujet en cinq coups seulement !

Pour effectuer les exercices présentés, je vous suggère de peindre les carrés de coups de pinceau simples (fig. 02, 05, 09 et 13) avant d’essayer de peindre quelque chose de plus complexe. Le but de ces exercices est de vous faire comprendre instinctivement la direction et le comportement des traits.

 

 

Exercice 01 : La vignette graphique

En guise de premier exemple, créez une vignette graphique. Les vignettes graphiques sont essentielles pour comprendre la composition et l’impact des formes sur la lecture finale de la scène. Habituellement, ce type de travail est effectué en noir et blanc avec un pinceau dur. Pour cette esquisse, j’ai choisi le [Pinceau plat pour peinture à l’huile] dans la catégorie [Peinture Épaisse] (raccourci : b) et maintenu ses paramètres standards. Ce pinceau est parfait pour ce type de vignette, car il trace un trait ferme et solide avec une variation de largeur en fonction de la sensibilité à la pression de la tablette.

 

 

Fig. 01 : Il s’agit du [Pinceau plat pour peinture huile] que j’ai utilisé pour cet exercice (paramètres standards).

 

 

Ce que vous devez pratiquer :

 

Fig. 02 : Voici le type de coup de pinceau utilisé pour cet exercice. Entraînez-vous à délimiter un carré et à le remplir de coups de pinceau noir et blanc en peignant des traits qui se chevauchent verticalement et horizontalement. Essayez de demeurer à l’intérieur des limites que vous avez établies. Plus vous pratiquez cela, plus cela deviendra facile.

 

 

 

Voici la vignette graphique (Fig. 03). Dans cette composition, j’ai essayé de concentrer l’attention sur la silhouette en utilisant une technique appelée « cadrage », qui consiste à placer un ou plusieurs sujets à l’intérieur de cadres sur la scène. Il s’agit d’une technique courante utilisée dans les films et qui fonctionne également pour les images fixes. Les motifs géométriques aident à créer du rythme et à concentrer l’attention sur le personnage.

 

 

Exercice 02 : Ajout de gris

Si vous voulez plus de profondeur et d’options pour représenter la lumière et les volumes, c’est une bonne idée d’introduire un ou deux tons de gris dans la composition. Cela facilite le contraste entre le noir et le blanc pur et crée une zone de repos pour les yeux. Pour cette composition, j’utilise le pinceau [Un peu costaud] de la catégorie [Encre de Chine] (raccourci : b) en maintenant ses paramètres standards (Fig. 04). Le but de cet exercice est de commencer à couvrir certaines zones avec des tons. Il est important d’apporter du mouvement à vos coups de pinceau, car cela ajoute du rythme et de l’intérêt visuel à toute la composition.

 

 

 

Ce que vous devez pratiquer :

 

Cette fois, remplissez vos carrés d’un ton non uniforme de coups de pinceau visibles. Créez-en un avec des traits verticaux et un avec des traits horizontaux. Le pinceau [Un peu costaud] est parfait pour ce type d’exercice. Utilisez un gris moyen ou foncé au lieu du noir pur pour votre tracé.

 

 

 

Remarquez comment il y a beaucoup plus d’atmosphère dans cette composition (Fig. 06). Le personnage semble fusionner avec l’arrière-plan, créant un sentiment de mystère dans la scène. Tout cela est dû à l’ajout de gris dans l’illustration. En créant de la proximité entre les tons, de la subtilité s’ajoute à la scène. Notez également les coups de pinceau en arrière-plan. Même si ce n’est pas le point focal de la composition, cela ne signifie pas que cette zone doit être sans intérêt.

 

 

Exercice 03 : Peindre une tête

Peindre une tête peut être tout un défi comparativement à d’autres exercices. Non seulement à cause de ses formes complexes, mais aussi parce que même les personnes profanes en arts savent à quoi ressemble une tête. Heureusement, le but de cet exercice n’est pas de peindre un portrait ou une tête réalistes. Il est temps d’apprendre à économiser le nombre de coups de pinceau. Essayez de décomposer les formes de la tête pour les rendre simples. Ne définissez pas les détails, limitez-vous aux éléments nécessaires pour que l’on comprenne qu’il s’agit d’une tête. Pour cet exercice, je sélectionne le [Marqueur] (Fig. 07) de la catégorie [Stylo]. Pour obtenir de meilleurs résultats, je vais lui apporter quelques modifications et le personnaliser.

 

 

 

J’utilise la [Plume rempl. monochrome] en guise de base. Je clique-droit dessus et sur [Dupliquer l’outil secondaire], puis je le renomme [Plume rempl. monochrome personnalisée]. Je clique sur l’icône des paramètres (en bas à droite) et personnalise le marqueur via le menu [Pointe du pinceau] avec les paramètres suivants (Fig. 08) :

 

 

 

Notez que j’ai apporté des modifications à la dureté, l’épaisseur, la direction d’application et la densité du pinceau. Vous pouvez reproduire ces paramètres ou encore jouer avec pour les modifier à votre guise. Le pinceau que j’ai créé trace des traits anguleux et légèrement doux (diminution la dureté), est ovale et non rond et n’est pas entièrement opaque. Ces paramètres aident à créer des coups de pinceau beaucoup plus dynamiques, qui peuvent se chevaucher suivant une technique appelée « accumulation ».

 

Les pinceaux originaux décrits dans cette leçon peuvent être téléchargés sur « CLIP STUDIO ASSETS ».
https://assets.clip-studio.com/fr-fr/detail?id=1751676

 

 

Ce que vous devez pratiquer :

 

La technique de construction n’est rien de plus que le chevauchement de vos coups de pinceau de manière apparente afin de créer (ou de « construire ») des tons plus denses. Pratiquez-vous avec plusieurs carrés comme celui-ci, en essayant parfois de le remplir d’un ton plat avec plusieurs couches ou avec des coups de pinceau apparents.

 

 

 

Je commence à peindre une forme plate pour la tête. Mon objectif principal ici est d’établir une bonne proportion. Le ton sombre m’aide à juger et à peindre la lumière par-dessus. Ensuite, je peins les tons moyens pour définir le front et le tour des orbites. Puis j’établis les tons clairs sur le côté de la tête et du nez pour déterminer la direction de la lumière (Fig.10).

 

 

 

Je continue la définition des formes, mais cette fois à l’intérieur des zones d’ombre, en utilisant des tons très similaires afin de ne pas créer de confusion avec la direction de la lumière. Remarquez comment vous pouvez voir pratiquement chaque coup de pinceau grâce à l’économie de ceux-ci. Toute fusion ou douceur est créée par la proximité des tons et non par étalement ou par l’utilisation de pinceaux doux. J’ajoute ensuite les cheveux et les oreilles. La tête est presque terminée et est déjà très reconnaissable. (Fig. 11)

 

 

 

J’ajoute le cou pour finir la tête en utilisant la même technique (Fig. 12). Encore une fois, le but n’était pas de créer une tête parfaite, mais d’essayer de travailler avec moins de traits pour représenter ses zones et ses formes. Cette technique génère de très belles œuvres expressives lorsqu’elle est bien utilisée. Elle nécessite un peu de pratique pour éviter un résultat final aléatoire. Pratiquez cette technique avec différents sujets et vous la maîtriserez en un rien de temps !

 

 

Exercice 04 : Image clé en couleur

Dans cet exemple, je vais utiliser le même pinceau créé lors du dernier exercice (voir figures 07 + 08 et leurs explications respectives) pour créer une image clé en couleur. Cette fois, je vais établir un schéma de couleurs et une composition simple. Tous les coups de pinceau expliqués jusqu’à maintenant seront utilisés. Je vais peindre progressivement les couleurs et la lumière sur une base neutre et sombre que j’établis dès le début.

 

 

Ce que vous devez pratiquer :

 

Je vais utiliser un jeu de couleurs chaudes avec un accent de couleur froide (Fig.13). Entraînez-vous à créer de petits jeux de couleurs comme celui-ci et utilisez-les comme point de départ pour vos compositions. Choisissez vos couleurs à partir de ceux-ci et n’hésitez pas à introduire une nouvelle teinte ici et là tout en faisant attention à ne pas en ajouter trop pour ne pas perturber le jeu de couleurs d’origine.

 

 

 

Voici la couleur de base de la scène (Fig. 14). Remarquez le sens des coups de pinceau créé par les mouvements verticaux de haut en bas. Cette base neutre est idéale pour l’application de couleurs et de lumières par-dessus.

 

 

 

Je commence à placer des formes géométriques sombres pour diriger l’attention de la composition au milieu (mais pas au centre) de la scène (Fig.15). Dans cette partie, j’utilise les mêmes mouvements de haut en bas qu’auparavant.

 

 

 

J’ajoute quelques formes supplémentaires sur ce que je considère maintenant comme étant une fenêtre derrière le personnage (Fig. 16). Cela aide à établir le rythme de la composition.

 

 

 

J’introduis ensuite l’accent de couleur (Fig. 17). Celle-ci devient un point focal fort (ou un support pour le point focal principal), car il s’agit d’un élément contrastant. Remarquez comment le mouvement dans les coups de pinceau crée de l’intérêt dans une zone qui serait autrement ennuyeuse.

 

 

 

Je poursuis en commençant à peindre la lumière. Par-dessus la base sombre préalablement établie, je peins la teinte la plus claire de la composition, en prenant soin de ne pas masquer les couches inférieures de peinture (Fig.18). Cela rend le travail plus intéressant et dynamique.

 

 

 

Sur un nouveau calque, je crée une esquisse du personnage, en tenant compte de son placement dans le cadre (Fig. 19). Comme vu précédemment, les détails ne sont pas nécessaires, car la composition et les coups de pinceau sont les éléments les plus importants.

 

 

 

En utilisant la même technique de coups de pinceau, palette de base et couleurs environnantes, j’établis les couleurs de la veste, de la peau, de la chemise et des cheveux du personnage (Fig.20). Cela rend l’ensemble beaucoup plus harmonique et unifié : il est généralement beaucoup plus facile d’introduire de nouveaux éléments en utilisant les couleurs environnantes. Cela conclut cette démonstration.

 

 

Les coups de pinceau peuvent générer ou défaire votre image. Comme avec toute technique, ils peuvent être maîtrisés par la pratique. Essayez d’étudier et d’appliquer les techniques présentées ici avec d’autres sujets et dans votre propre travail créatif. Personnalisez vos pinceaux, essayez d’utiliser des textures combinées avec différents papiers, profitez pleinement de l’incroyable moteur de pinceau de CLIP STUDIO PAINT et vous verrez que le ciel est la seule limite que vous pouvez rencontrer ! Merci d’avoir lu, j’espère que vous avez apprécié ce tutoriel autant que j’ai aimé le créer !

 

 

Ricardo Guimaraes

Ricardo Guimaraes est un artiste indépendant en développement visuel et illustrateur d’images clés, ainsi qu’un professeur à la Michigan State University.

 

Website: www.rgillustration.com